Hier soir, quelque chose est mort dans Twitter

Hier soir, lors du premier débat de la présidentielle, Twitter est mort. Pas dans tous ses usages, mais dans un particulier, qui pendant des années m’a apporté tant de plaisir. Je vous explique. Depuis septembre 2009 que je suis inscrit sur Twitter – presque 8 ans -, je suis comme beaucoup un petit protocole. Lors de tout grand événement télévisuel – match de football important, soirée électorale ou débat politique -, je regarde la télévision comme on le fait depuis des décennies, mais j’allume aussi mon ordinateur, ouvre Twitter et suis les discussions dont cet événement est l’objet. Ainsi depuis presque 8 ans, je vis ces événements dans deux espaces qui se superposent. L’espace médiatique classique et l’espace de la discussion numérique, sorte de vaste agora bordélique où l’on trouve à boire et à manger : des partisans excités, des blagueurs à répétition, des trolls systématiques, de fins analystes anonymes, des fous de l’archive qui font ressortir de vieilles images ou déclarations, des journalistes pas au travail qui écrivent sur Internet ce qu’ils ne diront pas dans leur journal ou à l’antenne, et plein de gens qui réagissent simplement, épidermiquement, à ce qu’ils voient. Tout cela n’est pas toujours intéressant, je ne suis pas certain que cela dise une vérité profonde de l’opinion – je sais les biais de Twitter en la matière – mais il y a quelque chose de gai, de vivant, d’impertinent, la petite idée d’une démocratie en acte. Et surtout, cela m’a permis pendant presque 8 ans d’avoir l’impression de vivre en collectivité ces événements, alors que j’étais tout seul ou presque chez moi, sans avoir à subir la présence physique d’autres humains – et vous savez comme la présence d’autres humains est pesante, avec leurs odeurs, leurs voix qui portent, leur besoin de manger et de boire. Je crois que regarder la télévision tranquillement sur mon lit et être sur Twitter en même temps réalisait mon rêve paradoxal d’être seul et au milieu des autres à la fois.

Mais hier, quelque chose s’est cassé : je me suis ennuyé sur Twitter. Dès que le débat a commencé, la conversation numérique a été saturée. Saturée par des partisans très organisés qui relayaient les déclarations des candidats avec des images et des slogans fabriqués et préparés par les équipes de campagne. Saturée par les comptes des candidats eux-mêmes (du point de vue communicationnel, c’est un peu bizarre de voir un candidat s’exprimer à la télévision et une minute après, son compte Twitter répéter ce propos, dans un processus d’auto-citation content de soi). Saturée par les comptes de médias qui tweetaient frénétiquement. Bien sûr, passaient aussi des tweets d’internautes lambda, des bêtises ou des remarques intéressantes, mais en portion congrue, tristement congrue.

Il y a plusieurs explications convergentes à ce phénomène. 1. Les équipes de campagne sont maintenant hyper organisées, fournissent à leurs soutiens numériques des kits, des slogans avec l’idée qu’on trouvait déjà dans le supportérisme sportif : crier plus fort que les soutiens de l’adversaire. 2. les médias classiques ont tout intérêt à être présents dans cette conversation et tweetent en masse sur le mode du commentaire sportif (“Mélenchon tâcle Fillon sur les affaires” “Fillon en retard sur le temps de parole” etc.”). 3. face à la masse de tweets, il y a un processus de tri algorithmique (si vous apparaissaient tous les tweets contenant un hashtag vous n’auriez pas le temps de les lire, ils sont donc sélectionnés par Twitter). Je ne connais pas les critères exactes de ce tri algorithmique mais il me semble qu’il privilégie des comptes populaires ou certifiés, et des contenus déjà largement diffusés et participe à l’extinction de la conversation des lambda.

Bref, hier soir, c’est comme si l’agora s’était vidée du peuple. Et c’est triste : j’ai l’impression que quelque chose est mort dans Twitter. Reste l’interprétation de ce phénomène : et là, j’avoue être partagé entre une indignation d’ordre politique – car il y avait une sorte de beauté démocratique dans ces conversations dans Twitter – et la crainte de sombrer dans une nostalgie stérile – celle qui fait regretter tous les processus de normalisation, les radios libres qui deviennent des radios privées, les rave parties qui deviennent des soirées technos – la nostalgie stérile qui nous rend aveugle sur ce qui, nécessairement, renaîtra ailleurs, et risque toujours de nous transformer en vieux cons.

par Xavier de La Porte

À propos de alexisb

100% - Libres et Indépendants - Rassemblement éco-citoyen
Cette entrée a été publiée dans 100%, La France a des Elles, Plateforme citoyenne 2017. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>